Vous avez été nombreux à me demander l’avenir des personnes « injectées ». Je suis certainement le premier à oser en parler.

Maintenant, on ne pourra plus dire qu’on ne savait pas.